26 avril 1871 : l'enseignement sous la Commune

Affiche de la mairie du 8e arrondissement sur la scolarisation, 26 avril 1871. Archives de Paris, ATLAS 529.

La réforme de l’éducation est un autre axe important de la politique de la Commune, qui devance d’une décennie les lois scolaires emblématiques de la IIIe République promulguées par Jules Ferry au début des années 1880. Les Communard.e.s conçoivent en effet l’école comme laïque et ouverte à toutes et tous, tous niveaux sociaux confondus, les femmes s’impliquant particulièrement dans l’élaboration de ces réformes pédagogiques. La Commission de l’enseignement est confiée à Édouard Vaillant, qui coordonne les mesures mises en place au niveau des arrondissements et contrôle, en dernier ressort, les nominations dans les établissements. Les enseignant.e.s congrégationistes sont remplacés par des institutrices et instituteurs laïc.ques, ce qui constitue une véritable révolution puisqu’à l’époque les 2/3 des enfants scolarisés le sont dans les établissements tenus par des religieux. Les programmes scolaires sont amendés en conséquence. Une attention particulière est portée à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Des écoles professionnelles et d’apprentissage sont créées. Enfin, l’enseignement se veut obligatoire pour tous les enfants, filles et garçons, jusqu’à 12 ans.

Ces expérimentations pédagogiques prennent fin avec la Commune mais marquent cependant une étape significative dans l’évolution de l’éducation en France.

Images : Administration communale : 3 notes de la commission de l’Enseignement aux délégués communaux du 13e arrondissement, 26 et 28 avril et 2 mai 1871. Archives de Paris, VD3 14. Mairie du 7e arrondissement : instruction pour l’adresse aux élèves dans les écoles, s.d. Archives de Paris, VD6 1579. Affiche de la mairie du 8e arrondissement sur la scolarisation, 26 avril 1871. Archives de Paris, ATLAS 529.