12 avril 1871 : Gustave Courbet et la fédération des artistes

Affiche du décret du autorisant Gustave Courbet à rétablir les musées de la ville et à ouvrir les galeries au public, 12 avril 1871. Archives de Paris, ATLAS 528.

Le 12 avril 1871, des négociations s’engagent entre la Commune et le gouvernement de Versailles pour obtenir la libération d’Auguste Blanqui, contre celle de Monseigneur Darboy. L’évêque de Paris est en effet otage de la Commune, et depuis son arrestation le 4 avril, il est retenu dans la prison de Mazas. Face à l’inflexibilité d’Adolphe Thiers, les tentatives de pourparlers resteront vaines.

Le même jour, la Commune vote un décret autorisant le peintre Gustave Courbet à rétablir les musées de la ville de Paris et à ouvrir leurs galeries d’art au public, dans une volonté de démocratiser la culture. Le même décret prévoit la création d’une fédération des artistes et l’élection, dès le lendemain, de 46 délégués à qui elle confiera la gestion de l’administration des Beaux-Arts. Le 13 avril, ce sont plus de 400 artistes qui se réunissent à l’École de médecine. Ils élisent Gustave Courbet président de leur toute nouvelle fédération, dont les statuts sont publiés au Journal officiel du 15 avril. Ceux-ci appliquent au monde artistique le modèle de l’autogestion. Les artistes font en effet, dans leur ensemble, un accueil très favorable à la Commune.

De même, la vie culturelle de la capitale se poursuit pendant toute cette période. Le 15 avril, le musée du Louvre rouvre ses portes au public. De nombreux concerts patriotiques sont également organisés au profit des veuves et des orphelins des combattants communards, dont les Archives de Paris conservent quelques tracts et affiches dans le fonds de l’administration communale.

Gustave Courbet a joué un rôle prépondérant dans l’action politique culturelle dès la chute de Napoléon III : le 4 septembre 1870, il est nommé président de la Commission artistique préposée à la conservation des musées nationaux et objets d’art par le gouvernement de la Défense nationale. La Commune le reconduit dans ses fonctions. De surcroît, il est élu à la Commune lors d’élections complémentaires organisées le 16 avril, afin de pourvoir des sièges laissés vacants par les candidatures multiples, les démissions et les décès. Il paiera très cher sa participation au gouvernement communal.

Images : Affiche du décret du autorisant Gustave Courbet à rétablir les musées de la ville et à ouvrir les galeries au public, 12 avril 1871. Avis pour l’élection de la Commission fédérale des artistes, 14 avril 1871. Archives de Paris, ATLAS 528. Affiche pour un concert vocal et instrumental au profit des veuves, blessés et orphelin du 237e bataillon de la garde nationale, mai 1871. Archives de Paris, VD3 14.