11 mars 1871 : le général Vinoy fait interdire 6 journaux républicains

Une du « Père Duchêne » n°60, 15 mai 1871. Archives de Paris, DE1 BESSIER 1.

Dans la capitale, la colère déclenchée par les récentes mesures prise par l’Assemblée nationale est très vive. Pour tenter d’endiguer un nouveau soulèvement, le général Vinoy, gouverneur militaire de Paris, fait interdire le 11 mars six journaux républicains, dont Le Cri du Peuple et Le Père Duchêne. Le même jour, Gustave Flourens et Auguste Blanqui sont condamnés à mort par contumace pour leur participation à l’insurrection du 31 octobre 1870. Il semble désormais impossible de désamorcer la situation.

Le Père Duchesne est un journal publié pour la première fois pendant la Révolution française. Il paraît de manière sporadique, au gré des épisodes révolutionnaires que connaît la capitale au XIXe siècle. Depuis le 7 mars 1871, ce sont Eugène Vermersch, Maxime Vuillaume et Alphonse Humbert qui qui font revivre le quotidien, modernisant son orthographe en « Père Duchêne ». Personnage fictif toujours en révolte, le Père Duchêne dénonce les injustices subies par le petit peuple parisien qu’il incarne, dans un langage populaire et coloré, voire outrancier.

Les Archives de Paris conservent dans les fonds privés quelques numéros de cette publication datant de 1871. Pour en apprendre plus sur ce titre, nous vous invitons à consulter la notice qui lui est consacrée dans notre dossier de documents pour la classe dédié à la Commune de Paris, en ligne sur ce site dans la rubrique Offre éducative > Documents pour la classe > La Commune de Paris : http://archives.paris.fr/a/876/.

Image : Une du Père Duchêne n°60, 15 mai 1871. Archives de Paris, DE1 BESSIER 1.