5 janvier 1871 : début du bombardement de Paris

Dommages subis par la propriété de M. Le Rosey à Auteuil, dessin joint à sa demande d’indemnisation, 1er juillet 1871. Archives de Paris, PLANS 6005.

Les premiers jours de l’année 1871 voient l’étau se resserrer sur Paris et sur le gouvernement de la Défense nationale. Après plus de trois mois de siège, les armées prussiennes commencent à bombarder la capitale. Les premiers obus s’abattent le 5 janvier sur la rive gauche, dans le 5e arrondissement.

Les destructions provoquées par la guerre franco-prussienne puis par les affrontements entre fédérés et Versaillais pendant la Commune sont assez bien renseignés aux Archives de Paris. Après les événements, plusieurs mesures sont en effet mises en place par le gouvernement pour dédommager les victimes de dégradations immobilières et mobilières, les particuliers ou entreprises ayant eu à subir des pertes commerciales, notamment dues aux réquisitions, ou dans le cas de loyers impayés. L’abondante documentation résultant de ces démarches, et de celles, identiques, relatives à d’autres conflits, est conservée dans la série des dommages de guerre, cotée DR6, dont ce plan a été extrait pour être conditionné à plat.

On ignore s’il se rapporte à des destructions survenues pendant le premier ou le second siège de Paris ; il a toutefois le mérite de retranscrire visuellement les nombreuses descriptions que l’on retrouve dans ces dossiers de demande d’indemnisation. Il illustre ainsi de manière frappante les dégradations subies par les Parisien.ne.s et leurs conséquences sur leur quotidien et leurs conditions de vie.

Image : dommages subis par la propriété de M. Le Rosey à Auteuil, dessin joint à sa demande d’indemnisation, 1er juillet 1871. Archives de Paris, PLANS 6005.