17 décembre 1870 : vol de denrées dans un entrepôt municipal

Lettre de Georges Clémenceau, maire du 18e arrondissement, à un commandant de la garde nationale, 17 décembre 1870. Archives de Paris, 5AZ 1, dossier 39.

La fin – ou la faim – justifie-t-elle les moyens ? En décembre 1870, Georges Clémenceau, fraîchement élu maire du 18earrondissement, est alerté sur un vol de denrées dans un entrepôt municipal, vraisemblablement perpétré par les hommes chargés d’en assurer la garde. Déterminé à ne pas laisser au seul profit de quelques-uns ce qui doit bénéficier au plus grand nombre, Clémenceau s’adresse au commandant du bataillon de la garde nationale auxquels les auteurs supposés du larcin appartiennent, afin que ces derniers soient poursuivis pour leur délit. Cette lettre autographe de celui qui n’est pas encore « le Tigre » nous renseigne sur un obstacle supplémentaire au bon approvisionnement des Parisien.ne.s.

Citoyen Commandant,

J’ai l’honneur de vous informer que les hommes de garde hier au poste municipal du Boulevard Ornano 94 ont volé 75 kilogr de pois secs qui se trouvaient à l’entrée du magasin municipal sis Boulevard Ornano 95.

Ce poste a été institué pour garder le magasin municipal où se trouvent des approvisionnements assez considérables. Quelques sacs de pois secs ont malheureusement été saisis à la porte du magasin hier soir. Les sacs ont été déchirés à coup de baïonnettes pendant la nuit et les pois n’ont pu être dérobés que par les hommes qui ont successivement monté la garde pendant la nuit à la porte du dit magasin.

Les hommes appartiennent à votre bataillon, mais j’ignore le numéro de la compagnie. Veuillez, je vous en prie, me la faire connaître au plus tôt.

J’écris à l’amiral, Commandant le 4e secteur pour lui demander si je dois poursuivre ces hommes correctionnellement ou s’ils sont passibles d’un conseil de guerre.

Je suis déterminé à pousser cette affaire.

J’espère, citoyen commandant, que vous voudrez bien m’honorer d’une prompte réponse.

Salut et fraternité.

Images : archives privées : lettre de Georges Clémenceau, maire du 18e arrondissement, à un commandant de la garde nationale, 17 décembre 1870. Archives de Paris, 5AZ 1, dossier 39.