7 octobre 1870 : Léon Gambetta quitte Paris par ballon

Affiche annonçant le départ par ballon de Léon Gambetta pour Tours, le 7 octobre 1870. Archives de Paris, 6AZ 2, dossier 102.

Le 7 octobre 1870, le ministre de l’Intérieur du gouvernement de Défense nationale, Léon Gambetta, s’envole depuis la place Saint-Pierre dans le 18e arrondissement de Paris, pour rejoindre la délégation gouvernementale de Tours, en application d’un décret datant du 4 octobre courant.
Il emporte avec lui une « proclamation » à l’adresse de la Province. Diffusé par voie d’affichage, ce discours qui s’adresse en réalité tout autant aux Parisiens qu’aux Français dans leur ensemble, a bien sûr pour but d’exalter et galvaniser la population pour soutenir la défense de la capitale et accepter les nombreux souffrances et sacrifices que ce soutien implique. Nous savons aujourd’hui que les travaux dont Paris est « hérissé » ne répondent pas tout à fait au qualificatif de « formidables », que la sédition n’est pas loin, et l’approvisionnement balbutiant.
Nous l’avons vu, en temps de guerre et a fortiori lorsque la capitale est assiégée, les choix rhétoriques et les symboles déployés par les autorités sont cruciaux. Le terme de « siège » n’est d’ailleurs jamais utilisé : on évoque un « investissement ». C’est à bord du ballon Armand Barbès que Gambetta franchit les lignes ennemies et rejoint l’Oise, dans un premier temps. Armand Barbès (1809-1870), militant républicain opposant à la Monarchie de Juillet, est alors récemment décédé, le 26 juin 1870, en exil volontaire à La Haye, aux Pays-Bas.

Pendant toute la durée du siège, la communication aérienne joue un rôle inédit. Il faut rappeler que les liaisons télégraphiques parisiennes ont été coupées par les Prussiens. Aussi l’envoi de courrier et l’évacuation des personnes ne peuvent s’opérer que par les airs. Outre les ballons, on emploie des pigeons pour acheminer des documents, ou encore de boules de Moulin. Si les pigeons ont fait leurs preuves et serviront à nouveau par la suite, notamment pendant la Première Guerre mondiale, des boules de Moulins, ces contenants en métal de forme sphérique envoyés depuis Moulins (Allier), sont quant à elles un échec technique : aucune ne parviendra jusqu’à la capitale, et on en retrouvait encore, en grande couronne, dans les années 1950.

Image : affiche annonçant le départ par ballon de Léon Gambetta pour Tours, le 7 octobre 1870. Archives de Paris, 6AZ 2, dossier 102.