25 mai 1871 : Adolphe Thiers déclare l'insurrection vaincue

Dépêche télégraphique d’Adolphe Thiers, 25 mai 1871. Archives de Paris, 7AZ 5.

Dans la nuit du 24 au 25 mai 1871, les incendies qui embrasent la capitale éclairent le ciel de Paris comme en plein jour.

Le 25 au matin, les combats se poursuivent : la Butte-aux-Cailles, défendue par Walery Wrobleski, général de la Commune, tombe aux mains des Versaillais qui occupent désormais toute la rive gauche. En fin de journée, Charles Delescluze est tué sur la barricade de la place du Château-d’Eau (actuelle place de la République) où s’est déplacé l’épicentre des affrontements.

Les Dominicains d’Arcueil, qui avaient été arrêtés par les Communards quelques jours plus tôt, sont fusillés pendant leur évacuation, avenue d’Italie.

Le matin même, deux dépêches télégraphiques d’Adolphe Thiers sont relayées aux préfets et autorités françaises, dans lesquelles il annonce avoir repris le contrôle de Paris. Le texte, dont le champ sémantique est celui de la guerre, impute aux fédérés l’entière responsabilité des destructions et des crimes, omettant les obus incendiaires envoyés par Versailles sur Paris. Les exécutions de masse y sont mentionnées comme un moyen de punir et d’avertir la population insoumise, à qui la violence de la répression servira à l’avenir de leçon. Enfin, en présentant les Parisien.nes comme unanimement hostiles à la Commune et satisfaits du retour à l’ordre, Adolphe Thiers achève de légitimer les actions de l’armée versaillaise.

Images : Dépêche télégraphique d’Adolphe Thiers, 25 mai 1871. Archives de Paris, 7AZ 5. Carte postale représentant l’exécution des Dominicains d’Arcueil le 25 mai 1871. Archives de Paris, 11Fi 2026.