Mercredi 3 août 2022

Fontaine de Médicis, jardin du Luxembourg, photochrome, s.d. [1888-1914]. Archives de Paris, 11Fi 5651.

Le mercredi de la photographie

La France connait actuellement un nouvel épisode caniculaire.

Particulièrement désagréables en ville, les fortes chaleurs contraignent les services techniques municipaux à mettre en place des stratégies, éprouvées ou innovantes, pour rafraichir l’atmosphère, comme… faire couler l’eau dans les caniveaux.

Savez-vous que la Ville de Paris dispose sur son territoire d'un double réseau d'eau, potable et non potable, permettant la fourniture d'eau de qualités différentes adaptée aux usages qui en sont faits ?

L'eau non potable (aussi appelée eau brute) est utilisée à Paris comme alternative à l'eau potable pour le nettoyage des rues, l'entretien des égouts, l'arrosage et l'alimentation des bassins d'agréments dans les parcs, jardins et bois. Elle provient de deux bassins hydrographiques différents : celui de la Seine et celui alimentant le canal de l'Ourcq. Ces usages sont indirectement documentés par certaines photographies conservées dans les fonds des Archives de Paris.

Images : fontaine de Médicis, jardin du Luxembourg, photochrome, s.d. [1888-1914]. Archives de Paris, 11Fi 5651. Service technique de la voie publique et de l’éclairage : note sur les bouches de lavage « système Fauvet », 24 juin 1901. Archives de Paris, VONC 1478.

 

Service technique de la voie publique et de l’éclairage : note sur les bouches de lavage « système Fauvet », 24 juin 1901, page 1. Archives de Paris, VONC 1478. Service technique de la voie publique et de l’éclairage : note sur les bouches de lavage « système Fauvet », 24 juin 1901, pages 2 et 3. Archives de Paris, VONC 1478. Service technique de la voie publique et de l’éclairage : note sur les bouches de lavage « système Fauvet », 24 juin 1901, page 4. Archives de Paris, VONC 1478.