Mercredi 6 avril 2022 : L’autochrome

Paul Géniaux, Quai du Louvre, bateau pour Saint Cloud, ca. 1900. Archives de Paris, 7Fi 2.

Le mercredi de la photographie

Le musée départemental Albert Kahn a fait peau neuve et à l’occasion de sa réouverture samedi dernier, nous consacrons notre mercredi de la photographie à l’autochrome.

L’autochrome est une diapositive couleurs sur plaque de verre. Il peut être projeté au moyen de lanternes à arc électrique ou observé dans une visionneuse individuelle. Les frères Lumière sont à l’origine de ce procédé couleur trichrome, dont ils déposent le brevet en 1904, et les premiers à en assurer la commercialisation à partir de 1907 via la société Lumière. La popularité de l’autochrome croît rapidement, mais l’apparition du Kodachrome au début des années 1930 met un terme à sa production dès 1932.

On doit au philanthrope Albert Kahn (1860-1940) l’une des plus riches collections d’autochromes, conservée dans le musée éponyme. Au tournant du siècle, il met sa fortune au service d’une conviction, celle que « la connaissance des cultures étrangères encourage le respect et les relations pacifiques entre les peuples ». Les nombreux opérateurs, hommes et femmes, qu’il envoie à travers le monde entre 1909 et 1931 avec pour mission de photographier et filmer différentes cultures dans une cinquantaine de pays, utilisent principalement l’autochrome, donnant ainsi naissance aux Archives de la Planète en couleur.

Si l’aspect technique du procédé vous intéresse, vous pouvez découvrir les secrets de sa fabrication grâce au glossaire technique élaboré par les équipes de l’Atelier de restauration et de conservation des photographies (ARCP) de la Ville de Paris, accessible sur le site de Paris Photo. 

Image : Paul Géniaux, Quai du Louvre, bateau pour Saint Cloud, ca. 1900. Archives de Paris, 7Fi 2.