Mercredi 23 février 2022 : Les cartes postales 3/4

Boulevard Denain et la gare du Nord, 17 juin 1940. Archives de Paris, 45Fi 1. Recto.

Le mercredi de la photographie

À travers une série de cartes postales très touristiques de l’éditeur André Leconte, nous vous proposons une nouvelle fois la correspondance d’un soldat à sa famille. Tout comme les guides et plans de Paris publiés par l’entreprise Leconte, installée depuis 1928 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (4e arr.), les cartes postales des collections « Notre Beau Paris » ou « Paris et ses merveilles » éditées sous les marques « A. L. » et « Guy » ont connu une large diffusion. Les monuments de Paris qu’elles montraient en faisaient un objet idéal pour les touristes.

Ça n’est pas un touriste qui envoie ces cartes à sa famille mais un soldat de l’armée d’occupation. Nous sommes en juin 1940, depuis trois jours, l’armée allemande est entrée dans Paris. Avec quelques mots simples où, censure oblige, il n’y a aucune information sur les opérations militaires, ce soldat cherche à rassurer en disant qu'il va bien et que le moral est bon. Il déplore la séparation d'avec les siens et exprime son espoir de voir la guerre se terminer bientôt, afin de les retrouver. Dans ses mots en écriture gothique, point de triomphalisme ou d’arrogance du vainqueur, mais le choix de ces vues emblématiques de Paris que sont la tour Eiffel, l’Opéra et la place de la Concorde, vaut sans doute beaucoup de discours. Une semaine plus tard, ce sont des photos d’Hitler devant la tour Eiffel qui symboliseront la victoire de l’Allemagne.

Images : boulevard Denain et la gare du Nord, 17 juin 1940. Archives de Paris, 45Fi 1. La place de la Concorde, juin 1940. Archives de Paris, 45Fi 5.

Boulevard Denain et la gare du Nord, 17 juin 1940. Archives de Paris, 45Fi 1. Verso. La place de la Concorde, juin 1940. Archives de Paris, 45Fi 5. Recto. La place de la Concorde, juin 1940. Archives de Paris, 45Fi 5. Verso.