Mercredi 29 décembre 2021 : Le flou cinétique

Kiosque n° 264, rue Halévy, n° 12, 35,2 x 27,2 cm, 1906. Archives de Paris, 11Fi 169.

Le mercredi de la photographie

On distingue en photographie le flou de bougé du flou cinétique. Le premier est produit par le mouvement de l’objectif pendant la prise de vue, le second par le mouvement du sujet photographié.

Les débuts de la photographie sont marqués par des temps de pose très longs, qui nécessitent une parfaite immobilité du sujet. Un faible éclairage rend également nécessaire un temps d’ouverture plus long de l’obturateur.

Ainsi, sur les deux photographies présentées aujourd’hui, les objets principaux (kiosque et feu de carrefour) sont immobiles. Le temps de pose court n’a donc pas permis de fixer les éléments en mouvement dont seule la trace évanescente est immortalisée. Silhouette de véhicule étirée, telle un fantôme et personnages en demi-transparence sorte de persistance rétinienne photographique qui restitue la présence fugitive de passants.

Images : Kiosque n° 264, rue Halévy, n° 12, 1906. Archives de Paris, 11Fi 169. Feu de carrefour sur candélabre avec boîte de commande des 4 feux du carrefour, vers 1900. Archives de Paris, ATLAS 1034.

Feu de carrefour sur candélabre avec boîte de commande des 4 feux du carrefour, album, vers 1900. Archives de Paris, ATLAS 1034.