18 mars 1871 : La Commune de Paris

Photomontage de l'exécution des généraux Lecomte et Clément-Thomas à Montmartre, 1871. Archives de Paris, D1J 10 dossier 219.

Dans la nuit du 17 au 18 mars 1871, 4000 militaires sont envoyés à Montmartre et 6000 à Belleville pour récupérer les canons de la garde nationale. Sur la butte Montmartre, au point du jour, l’opération débute dans le calme, mais les hommes sont retardés par l’attente des chevaux nécessaires au transport des canons. Ce contretemps permet à la foule, femmes et gardes nationaux du Comité central en tête, de donner l’alerte et d’encercler les soldats, dont certains, appartenant aux 46e et 88e de ligne, fraternisent avec les manifestants. Dans la confusion qui s’ensuit, des coups de fusils sont tirés ; le général Lecomte, qui dirige les opérations, puis le général Clément-Thomas, ancien commandant de la garde nationale, sont faits prisonniers par les insurgés. Ils seront tous deux exécutés dans l’après-midi, tandis qu’au centre de Paris, Adolphe Thiers s’enfuit pour Versailles. La capitale se hérisse de barricades. Les lieux du pouvoir municipal parisien sont investis par les insurgés : le Comité central de la garde nationale s’installe à l’Hôtel de Ville, Émile Duval et Raoul Rigault à la préfecture de Police. La Commune de Paris vient de commencer.

Les Archives de Paris conservent un photomontage de l’exécution des généraux Lecomte et Clément-Thomas. Pour en savoir plus sur ce procédé technique et son usage pendant et après la guerre civile, nous vous invitons à consulter les notices qui y sont consacrées dans notre dossier en ligne sur la Commune : « Photomontage de l'exécution des généraux Lecomte et Clément-Thomas à Montmartre » et « Photomontage du massacre de la rue Haxo ».

Image : Photomontage de l'exécution des généraux Lecomte et Clément-Thomas à Montmartre, 1871. Archives de Paris, D1J 10 dossier 219.