26 janvier 1871 : cessez-le-feu

Fonds privés municipaux : placard allemand relatif aux nouvelles de la guerre et au siège de Paris, 27 et 28 janvier 1871. Archives de Paris, 6AZ 2 dossier 102.

Le 26 janvier 1871, les bombes prussiennes cessent enfin de s’abattre sur Paris, après 3 semaines d’un déluge de feu. C’est que le gouvernement de la Défense nationale, qui à la suite de la fusillade du 22 janvier accusait à grands renforts d’affiches les agitateurs de « servir la cause de l’étranger », a négocié un cessez-le-feu qui doit conduire à la signature d’un armistice.

Les Archives de Paris conservent dans les fonds privés des dépêches militaires émanant de l’état-major prussien. Ces « actualités officielles de la guerre » (Officielle Kriegsnachricht) étaient moins conçues pour informer les troupes et les populations occupées que comme un outil de propagande. Cette affiche annonce, le 27 janvier 1871, une défaite française supplémentaire près de Dijon et déclare avec emphase, littéralement, le début du cessez-le-feu.


« Versailles, 27 janvier.

Le général Rettler rapporte que le 23, il a fait une avancée en direction de Dijon et a capturé cinq officiers et 150 hommes. Le porte-drapeau du 2e bataillon, régiment n ° 61, a été abattu pendant les combats de nuit dans les bois ; le drapeau est manquant.

Dans la région entre Châtillon et Montereau, il y avait des divisions hostiles.

Devant Paris, selon l’accord, depuis minuit dans la nuit du 26 au 27, les tirs se sont temporairement tus des deux côtés. » [traduction Archives de Paris]


Image : fonds privés municipaux : placard allemand relatif aux nouvelles de la guerre et au siège de Paris, 27 et 28 janvier 1871. Archives de Paris, 6AZ 2 dossier 102.