1er mai 1871 : Comité de salut public

Notification aux citoyens délégués du 13e arrondissement de l’organisation d’un Comité de salut public, 3 mai 1871. Archives de Paris, VD3 14.

À la fin du mois d’avril 1871, alors que la Commune s’enlise dans les échecs militaires face à l’armée de Versailles, le débat s’ouvre sur la nécessité d’instaurer un Comité de salut public. Or, celui-ci divise. Tout d’abord, si sa symbolique véhicule la notion de défense de la République, il renvoie principalement à un épisode controversé de la Révolution française. Surtout, son existence constitue un renoncement à l’idéal communaliste d’un gouvernement populaire, pour lui substituer une administration autoritaire. La Commune se divise alors entre une majorité d’élus favorables à sa création et une minorité, essentiellement composée d’internationalistes, qui s’y oppose catégoriquement.

Le Comité de salut public est toutefois formé à l’issu de la séance du 1er mai 1871. Ses cinq premiers membres, élus par la Commune au scrutin individuel, sont Antoine Arnaud, Gabriel Ranvier, Léo Meilliet, Félix Pyat et Charles Gérardin. Les attributions précises de cet organe supérieur, dont le rôle principal est de réorganiser la lutte armée contre Versailles, ne sont pas précisées, mais il est doté des pleins pouvoirs. Rapidement, ses opposants demandent sa dissolution, arguant de son inefficacité. Un second comité sera formé le 9 mai. Les dissensions qui ont émergé au sein de la Commune ne feront que s’accentuer par la suite. Alors que l’armée versaillaise se rapproche inéluctablement de Paris, la Commune est plus désunie que jamais.

Image : administration communale : notification aux citoyens délégués du 13e arrondissement de l’organisation d’un Comité de salut public, 3 mai 1871. Archives de Paris, VD3 14.